• Daniel ZARCA

Comment éviter une chimiothérapie lorsqu'on a un cancer du sein ?

(tout en étant mieux soignée)



Le cancer du sein est une maladie qui effraie car elle tue encore de trop nombreuses femmes. Aussi, est-on tenté de proposer les traitements les plus lourds afin d'offrir à chacune les meilleures chances de guérison.

Pour autant, grâce à de nombreuses études épidémiologiques, nous savons que les séquelles liées aux traitements peuvent être également lourdes, voire mortelles. Aussi, nous ne pouvons pas accepter le paradigme "en matière de cancer du sein, le plus est le mieux" sans chercher à nous poser et réfléchir aux armes qui sont aujourd'hui les nôtres. Et à proposer un autre mode de traitement, plus sophistiqué, plus respectueux de l'intégrité physique et conforme aux données scientifiques actuelles.



Jusqu'au début des années 2000, le corps médical savait mal placer le curseur entre ce les deux plateaux de ce qu'il convient de nommer la balance RISQUE/BÉNÉFICE. L'utilisation de la génomique des tumeurs (étude de l'expression des gènes) a permis progressivement d'affiner les décisions. Aujourd'hui, depuis la publication en 2018 des résultats d'un vaste essai thérapeutique (l'essai TailorX), nous avons enfin des certitudes. Nous pouvons éviter en France, chaque année, des milliers de chimiothérapies, sans faire courir de risques à nos patientes. C'est le parti-pris de l'institut Français du Sein, pionnier dans l'utilisation raisonnée des tests génomiques.



Une chimiothérapie : oui, mais pour qui ?


La chimiothérapie est une arme majeure dans le traitement des cancers du sein. Elle sauve chaque année des milliers de vies. Mais nous savons aussi que, dans bien des cas de cancers du sein, elle n’apporte aucun bénéfice. Au contraire, elle entraîne un surcroit de souffrances (physiques et morales) et peut même être parfois dangereuse.

La difficulté, pour les cancérologues, est de déterminer quelles sont les femmes qui vont bénéficier d’une chimiothérapie et celles qui n’en auront aucun bénéfice. Pour un certain type de tumeurs du sein (les plus fréquentes, celles qui ont des récepteurs hormonaux), il est aujourd’hui possible de savoir avec une grande précision celles qui vont nécessiter une chimiothérapie et celles pour lesquelles cette chimiothérapie est totalement inutile.


Un test génomique pourquoi ?


Pour cela, il faut utiliser un test génomique qui va être réalisé sur la tumeur retirée pendant l’intervention chirurgicale. Ce test, qui analyse 20 gènes du cancer, s’appelle Oncotype DX.

Il permet d’éviter de très nombreuses chimiothérapies inutiles (plusieurs milliers chaque année en France). Pour l'heure, il est effectué uniquement aux USA (en Californie) dans un laboratoire spécialisé.


Sur cette figure, on constate que, pour des milliers de femmes incluses dans l'essai qui a étudié l'impact d'Oncotype Dx, une chimiothérapie est inutile lorsque le score est bas.




Comment avoir accès à Oncotype DX ?


Depuis 2 ans, Oncotype DX est pris en charge et ne nécessite donc aucune participation financière des patientes ou des établissements de soin. Pourtant, pour des raisons complexes, trop peu d’équipes cancérologiques Françaises (privées ou publiques) utilisent ce test qui permettrait pourtant d’éviter de nombreux drames humains. Il faut savoir que le remboursement d’Oncotype DX ne peut intervenir que dans l’établissement où la patiente a été opérée.

Il est donc important, pour chaque patiente chez qui un cancer a été découvert récemment, de se renseigner pour savoir si ce test peut être pratiqué par l’équipe (privée ou publique) vers laquelle elle se dirige.


Notons que nos voisins Belges et Allemands ne connaissent pas cette limitation et que dans ces pays, au contraire de la France, Oncotype Dx est accessible dans tous les établissements de soins. Plus loin aux USA, en Israël ou au Canada, ce test fait partie des standards de soins.



L'institut Français du Sein et Oncotype DX


L’institut Français du Sein, pionnier en la matière, utilise Oncotype DX chaque fois que son résultat est susceptible de modifier l’indication d’une chimiothérapie (c'est à dire souvent).

Le test est décidé lors de nos réunions communes qui réunissent régulièrement les médecins de l'Institut Français du Sein. Son résultat est interprété en fonction des dernières données de la littérature scientifique.




Une interview du Pr André ROBIDOUX qui nous a quittés voici peu.

André Robidoux fut un des principaux acteurs de l'adoption d'Oncotype DX au Canada.

Institut Français du Sein

15 rue Jean Nicot - 75007 PARIS | 01.75.43.38.38

secretariat@ifsein.com
 

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle

Mentions Légales

L'équipe

Chirurgie & Reconstruction

Dr Daniel ZARCA

Daniel

ZARCA

Dr DELOMENIE.jpg

Myriam DELOMÉNIE

Capture d’écran de 2018-12-12 15-42-34.p

Marc-David

BENJOAR

Capture d’écran de 2018-12-12 15-42-41.p

Yaël

BERDAH

Oncologie et Radiothérapie

Capture d’écran de 2018-12-12 15-42-45.p

Marc
SPIELMANN

Capture d’écran de 2018-12-12 15-42-51.p

Marc
BOLLET

Capture d’écran de 2018-12-12 15-43-14.p

Otilia

STAMERA

Soins de Support

Dr Mimoun.JPEG

Sylvain
MIMOUN

Capture d’écran de 2018-12-12 15-43-00.p

Audrey
BOUDARHAM

Florence Waxin IFS_edited.jpg

Florence
WAXIN